Un autre monde est possible.

Une Eglise fidèle à Jésus, qui n’a point régné
24 août 2015
Même une porte de prison deviendra « Porte Sainte »
1 septembre 2015

« Ce pape se laisse approcher et embrasser, il a le don du contact humain et de la relation », dit un pèlerin place Saint-Pierre, notant qu’il aimait voir Jean-Paul II et écouter Benoît XVI, mais qu’il vient pour « toucher » François. Comme lui plus de trois millions de personnes ont participé aux audiences pontificales depuis 2013 (1). La 100ème, le 26 août, coïncidait avec l’anniversaire de la mort de Jean-Paul 1er, le pape-météore dont le sourire radieux demeure dans nos mémoires. Sa cause vers la sanctification avance, et pour la première fois un pape, Benoît XVI, a donné son témoignage en faveur de la béatification d’un autre pape. Le cardinal Albino Luciani devenu Jean-Paul 1er, qui ne régna que 33 jours en rassemblant dans un même nom ses deux prédécesseurs Jean XXIII et Paul VI, témoigna universellement d’une Eglise fidèle au Christ, une Eglise qui de saint François à Charles de Foucauld choisit d’épouser « dame Pauvreté ». Il voulait que l’Eglise soit administrée comme une maison de verre, et le pape François, pour lequel il intercède sans doute, s’attelle depuis bientôt trois ans à réaliser son rêve.
Afin de mener à bien cette œuvre il nous exhorte en permanence à prier, en particulier pour lui, avec insistance. Cet appel à la prière, il l’a relancé lors de cette 100ème audience, comme il l’avait fait au moment de son élection, nous invitant à ne pas « exhiber nos rites, comme le font les pharisiens » (Mt 6, 5-7), mais à être habité par l’amour de Dieu, spécialement dans nos pensées, sans hésiter à faire une invocation intérieure devant une image sacrée par exemple.
« C’est beau de voir des mamans enseigner à envoyer un baiser à Jésus et à Marie. Que de tendresse en cela ! Dans ce moment le cœur des enfants se transforme en lieu de prière. Et c’est un don de l’Esprit Saint. N’oublions pas de demander ce don pour chacun de nous ! », précisait-il, expliquant que l’Esprit de Dieu murmure « Abba – Père », dans nos cœurs, faisant grandir ainsi la fraternité universelle, en nous confiant les uns aux autres, et d’abord en famille.
Cet esprit de recueillement nous prépare à célébrer, le 1er septembre, la 1ère Journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la création, en communion avec nos frères orthodoxes, pour favoriser des « styles de vie cohérents » capables de témoigner qu’un autre monde est possible.

(1) Des sites d’obédience traditionnaliste se réjouissent honteusement que la moyenne de participation aux audiences ait baissé depuis 2013, selon des chiffres communiqués par la Préfecture de la Maison Pontificale. En réalité la peur des attentats d’une part, et le fait que beaucoup de personnes suivent les audiences via internet, ne permet pas de conclure à une moindre popularité du pape. L’Année de la foi avait favorisé un pic de la fréquentation de la place Saint-Pierre, qui se renouvellera lors de la procaine Année de la miséricorde, à partir de décembre 2015.

1 Comment

  1. Andrée Marie dit :

    C’est vrai, François, la relation avec le Saint Père François nous emmène à vivre dans la relation comme permanente, avec Dieu et ceci, sans avoir besoin de s’abstraire des autres, mais dans la relation avec les autres, tout en étant recueillis, comme une respiration, en fait ?
    Andrée-Marie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cher amie lectrice, cher ami lecteur,
n'hésitez pas à me confier votre adresse électronique si vous souhaitez que je vous tienne informés régulièrement de mes prochaines publications ou interventions publiques. Comme le prévoit la loi aucun autre usage de votre adresse ne sera fait sans votre accord préalable.
Je vous remercie de votre confiance.