Opération « Un de nous » : sauver les embryons de la destruction !

L’Ordre de Malte en pèlerinage à Lourdes
30 avril 2013
Les « Fioretti » du pape François ont commencé à changer le monde
3 mai 2013

L’Europe libre défend la vie : ce 2 mai, à Rome, une conférence de presse présentait le projet « Un de nous », visant à protéger les embryons humains destinés à être éliminés dans le cadre d’expérimentations. De nombreux mouvements et associations participent à cette opération, qui vise à recueillir de plus en plus de signatures dans toute l’Europe afin de faire changer progressivement les mentalités. Les Focolari, l’Unitalsi (transport des malades à Lourdes), les médecins catholiques, le mouvement pour la vie, l’Action catholique, Communion et Libération, les juristes catholiques, le Forum des associations familiales et bien d’autres… se sont associés afin d’interpeller la société civile jusqu’ici très influencée par la logique mercantile qui considère le corps humain comme une simple matière première.
« Le but de la campagne est de récolter un million de signatures dans les 27 pays de l’Union, d’ici le 1er novembre 2013, pour demander aux institutions européennes d’interdire la manipulation et la destruction des embryons humains », explique clairement Maria Colombo, la porte-parole de ce collectif. Déjà près de 60 000 signatures ont été recueillies en Pologne, environ 25 000 en Italie, 20 000 en France et autant en Espagne… Internet permet de faire circuler la pétition (www.firmaunodinoi.it), et d’intensifier l’action en vue de la grande journée du 12 mai qui est organisée pour mobiliser l’opinion publique, notamment par le relais de toutes les paroisses en Italie. Le spot qui décrit l’opération « Un de nous » est accompagné du son d’un petit cœur d’enfant à naître qui bat très fort dans le ventre de sa mère.
« S’agit-il de remettre en cause les lois des pays membres de l’Union qui permettent l’avortement ? », demandait un journaliste. « Nous voulons simplement rouvrir le débat à propos de la défense de la vie en Europe car la crise actuelle est d’abord une crise de la vérité et une crise de la personne », souligne Carlo Casini, homme politique italien engagé dans ce combat culturel. « La victoire de l’économie virtuelle qui a conduit à des catastrophes va de pair avec une crise profonde de la vérité, avec les mensonges sur la personne humaine envisagée comme une chose », ajoute Jaime Mayor Oreja, homme politique espagnol, qui se consacre lui aussi à cette cause au nom des droits de l’homme, refusant que l’argent de l’Europe serve à financer la « culture de mort ».
Facebook, twitter, tous les nouveaux moyens de communication sont utilisés dans cette bataille, où les jeunes générations ont déjà un rôle décisif pour affirmer que l’embryon humain mérite amour et respect.

2 Comments

  1. Victor dit :

    Voilà le vrai combat, retrouver le sens de la valeur unique de chaque personne et celui de la relation avec chacune rencontrée. Merci de le mettre en relief.
    Victor

  2. sai stephane dit :

    je soutient votre operation non a la destruction de l embryon qui est un etre humain et non une chose commerciale et industrielle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cher amie lectrice, cher ami lecteur,
n'hésitez pas à me confier votre adresse électronique si vous souhaitez que je vous tienne informés régulièrement de mes prochaines publications ou interventions publiques. Comme le prévoit la loi aucun autre usage de votre adresse ne sera fait sans votre accord préalable.
Je vous remercie de votre confiance.