Mater Admirabilis, au coeur de la Trinité

J’ai vu l’Evangile en marche au cœur du monde !
31 mai 2013
Si Capoue m’était contée
11 juin 2013

Près de la place d’Espagne à Rome, l’église de la Trinité des Monts cache un trésor : « Mater Admirabilis », peinte par une religieuse du Sacré Coeur en 1844. Le Père André Cabes, recteur de cette église animée par les Fraternités Monastiques de Jérusalem, nous accompagne à la découverte de cette image vénérée par des centaines de milliers de pèlerins, venus du monde entier. Le pape de l’Immaculée Conception, Pie IX, est lui-même venu vingt-et-une fois prier dans la petite chapelle mariale, toujours mystérieusement liée au ministère du successeur de l’apôtre Pierre. – Père André Cabes, recteur de la Trinité des Monts depuis neuf mois environ, à Rome, vous avez découvert l’image de Mater Admirabilis, vénérée dans une chapelle du « Couvent royal » où réside votre communauté monastique et apostolique. Pourquoi cette image peinte en 1844 est-elle devenue si populaire, et pourquoi en particulier le pape Pie IX y était-il tellement attaché?

– Cette image ne m’était pas inconnue, mais d’une certaine manière maintenant elle m’est confiée, et je voudrais, bien sûr, que beaucoup la découvrent, la vénèrent, et se laissent inspirer par elle. Il s’agit d’une représentation de la jeune Marie au Temple, en train de tisser le voile du sanctuaire. Mais elle a lâché la quenouille, qui est à sa gauche, elle a reposé à ses pieds le livre qu’elle lisait, il reste ouvert mais retourné sur un panier ; et à sa droite un grand lys s’incline vers elle, la jeune Marie, vêtue d’une robe rouge, enveloppée d’un long manteau blanc, toute tournée vers le Mystère qui l’habite, tout unie à la présence d’amour qui est son secret, son identité la plus profonde.
C’est Pauline Perdrau, jeune postulante de la Société du Sacré Cœur, congrégation présente à La Trinité des Monts depuis 1828, qui a voulu peindre cette image en 1844. L’œuvre, au début, ne fut pas appréciée, on voulait la supprimer, mais on se contenta de la recouvrir d’un drap. Pauline allait la voir, et remarquait que la Vierge se faisait de plus en plus belle, comme elle l’avait toujours rêvée. Elle put alors la dévoiler, et on l’appela « Notre Dame du Lys ». Une moniale basilienne de Minsk, réfugiée à La Trinité, l’honorait particulièrement. Une nuit, il lui sembla que l’image de la Vierge s’animait et lui manifestait son désir d’être invoquée sous le titre de Mater Admirabilis : on retint ce titre, et de nombreuses grâces furent obtenues par l’intercession de Marie sous ce vocable.
Le Pape Pie IX vint la visiter quelques mois après son élection, le 20 octobre 1846, et fixa la fête de Mater au jour anniversaire de sa venue. Le journal de la maison garde mémoire de 21 visites du Pape, jusqu’à la prise de Rome par les Piémontais le 20 septembre 1870. Saint Jean Bosco, sainte Thérèse de l’Enfant Jésus sont, eux aussi, venus en pèlerinage. Parmi les grâces obtenues, on cite notamment la guérison de l’abbé Charles Blampin, missionnaire à La Réunion, qui retrouva la voix qu’il avait complètement perdue. Le Pape l’autorisa à célébrer en reconnaissance la messe dans le couloir où était l’image : cette première messe, du 21 novembre 1846, fut suivie de nombreuses autres, et le couloir fut transformé en une chapelle, où se produisirent beaucoup d’autres guérisons et des conversions.

– Les pèlerins viennent nombreux prier devant Mater Admirabilis, comment sont-ils accueillis, comment fait-on finalement pour accéder à cette image sans déranger sans cesse votre communauté?

– La chapelle occupe la place d’un couloir du premier étage du Couvent, au-dessus de l’église, mais sans communication directe avec elle. Il faut être guidé pour y accéder. Or, beaucoup d’anciennes élèves du Sacré Cœur, dans toutes les parties du monde, la connaissent et la cherchent dans l’église de La Trinité. Il faudrait des personnes disponibles qui, peut-être à certaines heures, proposeraient un pèlerinage à Mater, y compris à ceux qui n’en ont jamais entendu parler. Elle peut vraiment toucher les cœurs. Il n’y a pas si longtemps, c’est Michiko, impératrice du Japon, qui est venue ici pendant que son époux était au Quirinal, pour confier à Mater joies et peines, et lui demander conseil.

– Quel est au fond le message de Mater Admirabilis, fêtée en octobre chaque année? Et en quoi ce message est-il éventuellement à mettre en lien avec celui de l’Immaculée Conception dont la statue est largement fleurie, sur la place d’Espagne, toute proche?

– On vient à cette image comme vers une maman, pour parler et pour se taire, pour se laisser conduire au cœur. Nous vivons si souvent à la surface de nous-mêmes, Marie existe à partir du cœur. A Rome, où il y a tant de bruit, tant de monde, au-dessus de ces escaliers qui voient se rassembler chaque jour des foules, on peut trouver, derrière une porte de couvent, un visage de maman qui vous invite au silence et à l’écoute personnelle, à la rencontre cœur à cœur.
Mère admirable, lys de la vallée, fleur des champs, prie pour nous.
Mère admirable, trésor de calme et de sérénité, prie pour nous.
Mère admirable, qui rends tout facile, prie pour nous.
Mère admirable, qui fais aimer Jésus, prie pour nous.
Marie est au cœur de Jérusalem, au cœur de l’Eglise, le tabernacle, la Tente de la Rencontre, qui révèle les secrets d’amour de Dieu et communique sa paix, sa joie. Elle accompagne les enfants de notre école spécialement au mois de mai, vers la fin de l’année, tandis que l’on célèbre les premières communions, les confirmations… Elle est là au mois d’octobre, mois du Rosaire, soutien de la prière au commencement d’une année scolaire ou pastorale nouvelle, elle est là le 8 décembre, bien sûr, non loin de la colonne de son Immaculée Conception, proclamée par le même Pape Pie IX ; elle en est elle-même comme le fruit caché, elle en porte le fruit qui sera manifesté au monde par la naissance de Jésus.

6 Comments

  1. Andrée-Marie dit :

    Alors, c’est à Mater, que nous confions chacun, à commencer par nous, pour agir de façon ajustée à l’Amour de Dieu.
    Andrée-Marie

  2. Rocío dit :

    Con que delicadeza explica todo el padre André , una entrevista preciosa que me lleva a compartir mi oración:
    A Jesús por María! Ella es nuestra mediadora,la que nos guía, la que nunca nos abandona, la que nos guarda admirablemente de todo mal. Oh! madre Admirable ayudanos a permanecer siempre firmes en la Fe y fieles en la oración aunque a veces no veamos, no entendamos o no comprendamos. Que como Tú nos abandonemos siempre a nuestro Señor para que se haga su voluntad y Él nos transforme en ofrenda permanente.

  3. Mona Debay dit :

    Révérend Përe Cabes,
    Notre maman Yvette, dévote de la Mater vient de décéder le 27 octobre 2013. Nous savions que Mater admirabilis était au cœur de sa vie. Jusqu’au dernier souffle de sa vie, maman priai Marie régulièrement et assidûment, ce qui fait qu’elle est partie un dimanche, entourée de nous tous enfants et petits enfants, dans la prière et les cantiques a la Sté Vierge,
    je vous dis ceci mon Père, parce que ce qui a été semé en elle a grandi, porté fruits, l’a accompagnée dans sa vie.
    maman nous a inculqué la dévotion à la Sainte Vierge, à présent que nous avons vécu son saint passage, nous avons compris la valeur de la ferveur et de la prière. Nous allons nous mettre à développer cet amour filial avec la Mater, comme elle l’appelait.
    Son monument funéraire est dans ce sens, nous vous enverrons une photo dès qu’il sera posé.

    nous vous présentons maman sur le site obits.dignitymemorial.com/ Yvette-Ghazaleh &

  4. Mona Debay dit :

    http://obits.dignitymemorial.com/dignity-memorial/obituary.aspx?n=Yvette-Ghazaleh&lc=3189&pid=167787899&mid=5722651

    Père Cabes,
    voila le site ou vous pouvez faire connaissance avec maman, en commençant surtout par l’introduction.

    svp, c’est avec émotion que je vous ai écri, j’ai des fautes de frappes et d’orthographe, excusez les,
    j’ai oublié de signer , mony, Norma et Hoda, filles d’Yvette Ghazaleh, Coussa
    I
    si vous voulez m’écrire directement, il me fera plaisir de vous lire, merci beaucoup

  5. ML.F dit :

    Mes parents n’arrivaient pas à avoir d’enfants depuis plusieurs années. En 1984, ils sont allés prier à la Trinité des Monts avec une religieuse du Sacré-Coeur. De retour en France… ma mère était enfin enceinte.

  6. Avedikian Joseph dit :

    cette magnifique prière ,comment et ou se la procurer pour la faire connaître; elle répond à des situations de vie qui peuvent conduire sur le chemin d’ une conversion; avez_ vous un numero de delephone ; merci d’ avance et bonne et sainte montée vers la fête de la Résurrection ; Joseph Avédikian

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cher amie lectrice, cher ami lecteur,
n'hésitez pas à me confier votre adresse électronique si vous souhaitez que je vous tienne informés régulièrement de mes prochaines publications ou interventions publiques. Comme le prévoit la loi aucun autre usage de votre adresse ne sera fait sans votre accord préalable.
Je vous remercie de votre confiance.