La joie de l’amour

Merci François !
15 mars 2016
Tous appelés à devenir écrivains vivants de l’Évangile
3 avril 2016

Après les fêtes pascales, dans la lumière du Ressuscité, je suis heureux de vous retrouver sur ce blog, chers lecteurs. Mon absence ces dernières semaines s’explique en partie par la rédaction d’un livre d’entretiens avec l’acteur et metteur en scène Robert Hossein, qui a bien voulu témoigner pour nous de la miséricorde divine dans sa vie (à paraître aux éditions Plon-Presses de la Renaissance, nous en reparlerons bientôt). Aujourd’hui c’est aussi la miséricorde qui motive cet article, tandis que se tient à Rome un important congrès européen sur ce thème, présidé par le cardinal Christoph Schönborn, archevêque de Vienne. C’est notamment lui qui présentera à la presse, vendredi prochain 8 avril, l’exhortation du Pape François faisant suite aux deux synodes consacrés à la famille, magnifiquement intitulée « La joie de l’amour ». Le cardinal Shönborn a évoqué en quelques mots cette exhortation, lors de sa conférence d’ouverture du congrès apostolique de la miséricorde le 31 mars, dans l’église Sant’Andrea della Valle, sans bien entendu dévoiler le contenu du document qui s’apprête à être prochainement publié et abondamment commenté dans le monde entier. Il a présenté l’endurcissement du cœur comme le principal obstacle à la miséricorde.
Jésus est très clair dans l’Evangile selon saint Matthieu, quand il explique que si Moïse a permis la répudiation c’est en raison de l’endurcissement des cœurs, mais que dans le plan de Dieu il n’en est pas ainsi car les époux sont « une seule chair ». Un homme qui répudie sa femme pour en épouser une autre est donc adultère, déclare Jésus, avec autorité. Le cardinal a poursuivi en soulignant la terrible souffrance des enfants de personnes divorcées, expérience qu’il a lui-même vécue dans sa famille, avant de reconnaître que parfois la séparation est nécessaire, pour le bien des plus jeunes en particulier.
Dans tous les cas, a-t-il noté, la miséricorde suppose la vérité. La justification de soi-même, l’accusation permanente de l’autre, se présentent comme les principaux obstacles à l’action de Dieu dans l’existence d’une personne. La confession de son propre péché – avoir voulu se « réaliser » au détriment de sa famille par exemple – est la clé qui ouvre le cœur. « Si nous ne faisons pas la vérité sur nos situations, Dieu ne peut faire miséricorde » a précisé l’archevêque de Vienne, livrant sans doute là un point d’analyse essentiel.
Au cours de la rencontre entre Jésus et la Samaritaine, qui a eu beaucoup d’hommes dans sa vie mais n’a encore connu aucun véritable amour, « la vérité est l’expression même de la miséricorde », redonnant à cette femme à la fois sa dignité et sa valeur.
Dans le même esprit le cardinal nous raconta son échange récent avec quelqu’un reprochant à l’Eglise de manquer de miséricorde envers les divorcés remariés. Il lui a répondu en citant les paroles de Jésus en saint Matthieu, sur l’adultère, permettant à cette personne de réaliser qui avait véritablement manqué de miséricorde envers l’autre partenaire, et lui donnant ainsi la possibilité d’entrer sur un chemin de conversion. « Quand il n’y a pas de pardon demandé, la miséricorde n’arrive pas au cœur ».

C’est dans la miséricorde de Dieu que le monde trouvera la paix

Plus largement le président du congrès de la miséricorde a invité chacun à méditer ces mots de saint Paul aux Hébreux, en nous tournant vers le Christ : « Si vous entendez ma voix, n’endurcissez pas votre cœur ». L’insensibilité à la souffrance de l’autre conduit à la haine, et pour en guérir nous avons à « cultiver la dévotion au Sacré Cœur de Jésus, en l’implorant de donner forme à notre cœur », a ajouté le cardinal, faisant référence aux messages de sainte Marguerite Marie à Paray-le-Monial.
Face à l’actualité tragique et aux drames que vivent les chrétiens persécutés dans le monde – il n’y a jamais eu autant de martyrs de la foi au Christ dans l’histoire – le cardinal Schönborn nous a indiqué comme seule réponse l’offrande de Jésus qui donne sa vie, entraînant la conversion du bon larron in extremis, sur la croix. C’est dans la miséricorde de Dieu que le monde trouvera la paix car ses effets sont surprenants et vont bien au-delà des frontières du christianisme.
Revenant d’Erbil, où il visitait les réfugiés irakiens qui ont tout perdu pour échapper à la barbarie, il a considéré que leur situation est la conséquence de l’endurcissement du cœur de ceux qui répliquèrent aveuglément aux attentats du 11 septembre 2001, sans remettre en question la politique d’exploitation occidentale dans les pays pauvres, et déstabilisant pour longtemps tout le Moyen-Orient. Il a rapporté le témoignage d’un musulman très malade, entouré par la compassion de ses amis chrétiens, qui lui a témoigné à Erbil son amour pour Jésus dont il ressent la présence. Plus près de nous le cardinal a dénoncé cet endurcissement du coeur qui en Europe entraîne à élever des rideaux de fer motivés par la peur des réfugiés, en contradiction avec la foi chrétienne.
Intervenant aussi durant ce congrès, le cardinal Walter Kasper a suggéré aux participants de s’engager dans une `spiritualité des yeux ouverts` qui permet de reconnaître Dieu vivant dans les plus souffrants, à la manière de saint François d’Assise embrassant le lépreux ou de Mère Teresa prenant dans ses bras un pauvre, le portant comme un ostensoir.
La miséricorde guérit les blessures et ouvre l’espace à une nouvelle chance, une nouvelle espérance.
La miséricorde divine, qui change tout, n’est pas la récompense à notre bon agir, mais la cause de notre conversion, nous faisant « miséricordieux comme le Père », au coeur de nos familles comme aussi au coeur du monde. « Toutes les fois que vous avez fait ces choses à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous les avez faites » (Matthieu 25, 40).
Ce congrès, rendez-vous marquant de l’Année Sainte à Rome, se clôture le 3 avril, dimanche de la Miséricorde divine, avec une messe célébrée place Saint-Pierre par le Pape François.

2 Comments

  1. Pascale dit :

    Personnellement je pense que la situation au moyen-orient est la conséquence de l’endurcissement du cœur de chacun de nous ! c’est le devoir de tout Baptisé de supplier, jeûner, prier, intercéder au Seigneur, pour que la miséricorde convertisse les cœurs les plus dure ! Avons nous vraiment écouter la plainte de Jonas à Ninive ? Je ne sais pas, mais le pauvre aujourd’hui, a mon avis, est celui/celle qui est démunie de Dieu et de sa miséricorde. Si nous connaissions vraiment la grandeur et la profondeur de cette miséricorde, nous serions sûre que le cœur le plus dure serait convertit. Le Seigneur n’a t il pas convertit le cœur de Saul qui allait jusqu’à Damas pour persécuter tous les Chrétiens? Il en a fait le plus zélé des évangélisateurs! Par notre intercession de baptisé, nous avons le pouvoir de convertir des milliers de persécuteurs chrétiens, pour en faire des Paul du 21e siècle!

  2. Sylvie dit :

    Bonjour François.

    Bonne idée d’avoir réalisé un entretien avec l’acteur Robert Hossein. Qui, dans sa jeunesse, n’a pas écouté la série télévisée « Angélique, Marquise des anges » et ses amours avec Joffrey de Peyrac,joué par M.Hossein. Je suis certaine que plusieurs se laisseront toucher par le témoignage sincère et le cheminement spirituel de cet acteur bien connu. Sylvie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cher amie lectrice, cher ami lecteur,
n'hésitez pas à me confier votre adresse électronique si vous souhaitez que je vous tienne informés régulièrement de mes prochaines publications ou interventions publiques. Comme le prévoit la loi aucun autre usage de votre adresse ne sera fait sans votre accord préalable.
Je vous remercie de votre confiance.