« Merci François ! »

Un processus de changement
3 août 2015
Ces jeunes qui puisent à la source de la sagesse
7 août 2015

L’Osservatore Romano, organe officel du Saint-Siège, titre en cette fête de la Transfiguration : « Niente porte chiuse » (« Pas de portes fermées »). C’est l’expression utilisée à l’audience de ce mercredi 5 août par le Pape François, évoquant la situation des personnes divorcées qui se sont engagées dans une nouvelle union.

Alors que le Synode sur la famille traitera de la question dans deux mois à Rome, le Saint-Père ouvre une brèche qui permettra à la réflexion d’avancer pour accueillir pleinement dans l’Eglise ceux qui ont vécu un échec irréversible du lien matrimonial. « Les baptisés qui ont stabilisé une nouvelle convivance après l’échec du mariage sacramentel ne sont pas excommuniés ! », a-t-il affirmé avec force, déclenchant les applaudissements des pèlerins présents. Il s’est appuyé sur l’exhortation apostolique Familiaris consortio , de saint Jean-Paul II, où est soulignée l’importance de « discerner les situations » pour le bien des personnes (n.84) – notamment en fonction de « ceux qui se sont efforcés avec sincérité de sauver un premier mariage et ont été abandonnés » – citant également Benoît XVI qui constatait l’absence de « simples recettes » dans l’accompagnement pastoral des familles blessées.
Partant du regard des enfants, des petits, qui souffrent le plus de la séparation de leurs parents, François a insisté pour que l’Eglise agisse comme « une mère attentive à tous, toujours disposée à l’écoute et à la rencontre ». « L’Eglise est appelée à être toujours la maison ouverte du Père… Pas de portes fermées ! », répéta-t-il en faisant référence à l’exhortation apostolique Evangelii gaudium (n.47), grand texte qui est en quelque sorte le programme de son pontificat.
Comment se concrétisera ce processus de réintégration, selon quel chemin proposé, et ira-t-il jusqu’à la réadmission aux sacrements ? La réponse appartient au Pape, qui se prononcera après l’assemblée synodale de l’automne prochain. Dans l’attente nous pouvons confier à la Vierge Marie le travail des pères synodaux, comme je l’ai fait devant l’icône de Marie « Salus Populi Romani », en la fête de la Dédicace de la basilique Sainte Marie Majeure, au soir de cette audience mémorable où nous étions nombreux à avoir envie de crier : « Merci François ! ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cher amie lectrice, cher ami lecteur,
n'hésitez pas à me confier votre adresse électronique si vous souhaitez que je vous tienne informés régulièrement de mes prochaines publications ou interventions publiques. Comme le prévoit la loi aucun autre usage de votre adresse ne sera fait sans votre accord préalable.
Je vous remercie de votre confiance.