La vraie paix naît dans le cœur 

« Ouvrons nos yeux sur le frère oublié, ouvrons les yeux sur Dieu »
13 novembre 2016
Voici venu le temps de la miséricorde, pour que la caresse de Dieu parvienne à tous
21 novembre 2016

Chiara Lubich, dont la cause de béatification est ouverte, demeure plus que jamais une source d’inspiration, non seulement pour les membres du mouvement des Focolari qu’elle a fondé, mais aussi, très largement, dans les milieux les plus divers et à tous les niveaux de la société. C’est ce qui ressort de la rencontre organisée par l’ONG New Humanity le 15 novembre, au siège parisien de l’Unesco, intitulée « Réinventer la paix ». Il s’agissait de commémorer le Prix de l’éducation pour la paix, décerné par l’Unesco à Chiara Lubich il y a 20 ans, en valorisant aujourd’hui, à l’échelle internationale, des expériences concrètes vécues dans un esprit de fraternité universelle.

Ainsi un arc-en-ciel de paix a resplendi dans le cœur des participants de cette rencontre, un an après les terribles attentats qui avaient ensanglanté Paris, comme la promesse d’un monde uni. Dans la maison du patrimoine culturel mondial, il est apparu pour tous que la paix est d’abord un effort et un choix, dont chacun peut-être protagoniste au quotidien, dans ses relations, et en particulier auprès des plus jeunes, à travers l’éducation au dialogue interculturel et interreligieux. Dans son discours lu par Catherine Belzung, la présidente des Focolari, Maria Voce, a considéré que « le pari de la paix est celui du dialogue », et elle a lancé un appel original à construire cette paix « par petits morceaux » en réponse à la « troisième guerre mondiale par petits morceaux », dont parle régulièrement le Saint-Père. « Réinventer la paix est possible dans la mesure où les esprits et les cœurs se transforment », a notamment souligné Maria Voce, introduisant cette journée de témoignages et d’interventions où s’est manifestée une sève nouvelle capable de régénérer partout le tissu social. Le Pape François et le président italien Matarella avaient tenu à envoyer un message à New Humanity – ONG qui est une expression des Focolari, en partenariat avec l’Unesco – pour encourager à persévérer sur ce chemin du respect, de l’écoute, et de l’attention aux besoins de l’autre. Des jeunes adultes de plusieurs continents ont présenté des initiatives de paix dans les domaines pédagogique, économique, juridique, écologique et artistique, telle « une chaîne de lumière », révélant les miracles d’unité que réalise cette « foi dans l’amour » qui anime les Focolari, de l’Uruguay au Cameroun et du Royaume-Uni au Brésil… Le président de l’Institut Jacques Delors, Enrico Letta, ancien président du Conseil des ministres italien, et d’autres personnalités de premier plan, ont ensuite débattu de la place des religions pour construire la paix, et du rôle de la politique ou de l’économie dans le désordre international, avant la déclaration finale, lue par Arood Javed, pakistanaise, jeune étudiante en relations internationales.

« L’amour réciproque est la clé de l’unité, unité qui a pour effet la paix » pourrait-on conclure après ce grand rendez-vous. Une perspective déterminante s’ouvre dans un monde de plus en plus interdépendant où nous pouvons tous devenir acteurs de paix. Aimer est la clé.

Discours et témoignages du 15 novembre à l’Unesco : www.focolare.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cher amie lectrice, cher ami lecteur,
n'hésitez pas à me confier votre adresse électronique si vous souhaitez que je vous tienne informés régulièrement de mes prochaines publications ou interventions publiques. Comme le prévoit la loi aucun autre usage de votre adresse ne sera fait sans votre accord préalable.
Je vous remercie de votre confiance.