Un appel à la collaboration de l’Orient et de l’Occident

Je crois en l’homme parce que je crois en Dieu
23 mai 2016
« Le feu que Jésus est venu apporter sur la terre, celui qui allume d’autres feux »
3 juin 2016

Revenons chers lecteurs sur la rencontre historique entre François et le Grand Imam de l’université al-Azhar, cheikh Ahmed al-Tayeb, qui s’est déroulée cette semaine au Vatican. Il s’agit d’une première, en attendant la visite du Saint-Père à la mosquée de Rome, qui sera également un geste sans précédent.Imam de la prestigieuse institution de l’islam sunnite basée en Egypte, Ahmed Al-Tayeb a été fraternellement reçu par le Pape dans sa bibliothèque, d’égal à égal, et leur accolade publique est à elle seule un message hautement significatif adressé au monde entier. François a notamment offert au Grand Imam un médaillon représentant l’olivier de la paix.
« Nous reprenons le chemin du dialogue » a commenté le cheikh al-Tayeb dans un entretien exclusif à mes confrères de radio Vatican. La prestigieuse université al-Azhar, fondée autour de l’an 1000 durant la dynastie fatimide, avait suspendu par deux fois ses relations avec le Vatican sous le précédent pontificat, en raison de malentendus liés à des formulations de Benoît XVI qui semblaient rendre l’islam responsable d’une « stratégie de violence ».

Nouveaux horizons de fraternité universelle

Le climat d’amitié qui avait présidé à la création d’une commission conjointe en 1998 est donc de retour, ainsi que la volonté de travailler ensemble. Saint Jean-Paul, inlassable artisan du dialogue interreligieux dans « l’esprit d’Assise », s’était rendu à al-Azhar durant le jubilé de l’an 2000, et le prédécesseur d’Ahmed al-Tayeb, le cheikh Mohammed Sayed Tantaoui – que j’avais à l’époque interviewé au Caire pour La Croix – n’hésitait pas à évoquer des « horizons nouveaux de fraternité universelle ». « L’islam refuse le fanatisme et rejette le terrorisme. Les extrémistes font fausse route… Brandir le glaive n’est légitime que pour défendre des innocents face à une agression ennemie caractérisée », me disait alors le cheikh Tantaoui.
Son successeur l’a répété au micro de radio Vatican, condamnant sans équivoque les terroristes qui disent agir au nom de l’islam, désireux de favoriser « la collaboration entre l’Orient et l’Occident » pour donner à l’humanité « une nouvelle orientation vers la miséricorde et la paix ».

Lutter contre l’ignorance qui génère la violence

Le conflit au Moyen-Orient, entretenu par les vendeurs d’armes aux visées hégémoniques, a bien entendu occupé une grande partie de l’échange entre le Pape et le cheikh al-Tayeb, ce dernier ayant tenu à préciser ensuite que « la question ne doit pas être présentée comme une persécution dirigée contre les chrétiens » car, de fait, « il y a plus de victimes musulmanes que chrétiennes et nous subissons tous ensemble cette catastrophe ».
« Ceux qui tuent les musulmans, et qui tuent aussi les chrétiens, ont enfreint les textes de l’islam soit intentionnellement soit par négligence », a-t-il insisté, lançant un appel à l’unité des croyants et de tous les hommes de bonne volonté pour mettre fin au terrorisme et lutter contre l’ignorance qui génère incompréhension et violence.
Les relations personnelles d’amitié entre chrétiens et musulmans peuvent seules faire tomber les peurs réciproques, et nous libérer à terme d’une idéologie machiavélique cherchant, par tous les moyens, à opposer les fidèles des deux plus grandes religions monothéistes pour justifier les conquêtes d’un impérialisme fondé sur le mensonge et la manipulation de l’opinion publique.
La « culture de la rencontre » mise en œuvre avec courage par le Pape François est l’unique solution de survie à cette « guerre mondiale par petits morceaux » qu’il dénonce depuis son élection, sachant les dangers apocalyptiques qu’elle fait planer à la fois pour l’avenir de la famille humaine et pour notre planète.

1 Comment

  1. Magdeleine dit :

    A la suite du Pape François, cette culture de la rencontre chacun de nous peut se mettre à la vivre dans chaque instant présent et donc à la propager …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cher amie lectrice, cher ami lecteur,
n'hésitez pas à me confier votre adresse électronique si vous souhaitez que je vous tienne informés régulièrement de mes prochaines publications ou interventions publiques. Comme le prévoit la loi aucun autre usage de votre adresse ne sera fait sans votre accord préalable.
Je vous remercie de votre confiance.