« Tuer au nom de Dieu est satanique »

14 septembre 2016
Le miracle du Père Jacques est grand !
1 août 2016
« La prière secrètement illumine le monde »
21 septembre 2016
Il était sept heures du matin à Rome, nous étions en direct pour la célébration eucharistique présidée par François en sa résidence Santa Marta, sur les ondes de Radio Vatican. J’avais la joie de commenter pour les auditeurs de langue française cette retransmission exceptionnelle, en ce jour de la fête de l’Exaltation de la Sainte Croix qui se rattache aux solennités de la Dédicace de la Basilique de la Résurrection, érigée en 335 sur les lieux où le Christ a triomphé de la mort. Il s’agissait d’une messe de suffrage pour le Père Jacques Hamel, ce prêtre de 85 ans égorgé en haine de la foi catholique, dans son église de Saint-Etienne-du-Rouvray, à Rouen, le 26 juillet dernier, pendant qu’il célébrait le sacrifice de la Croix. L’archevêque de Rouen, Mgr Dominique Lebrun, concélébrait aux côtés du Saint-Père, en présence de plusieurs dizaines de fidèles de l’archidiocèse français, actuellement en pèlerinage à Rome et Assise pour l’Année de la Miséricorde, parmi lesquels deux sœurs et un neveu du Père Jacques.

Nous avons spécialement prié pour les victimes de tous les attentats, et demandé au Seigneur de faire de nous les témoins de son espérance et des bâtisseurs de paix. Les prêtres portaient des ornements rouges, couleur du martyre, thème principal développé par le Pape au cours de sa très belle homélie. « Jésus-Christ, le premier martyr, le premier qui donne la vie pour nous. Et à partir de ce mystère du Christ commence toute l’histoire du martyre chrétien, des premiers siècles jusqu’à aujourd’hui », a souligné François, rappelant que « quand les premiers chrétiens refusaient l’apostasie, ils étaient tués ». « Cette histoire se répète jusqu’à aujourd’hui – notait-il - et aujourd’hui dans l’Église il y a plus de martyrs chrétiens qu’aux premiers temps ».

Chrétiens assassinés, torturés, emprisonnés, égorgés parce qu’ils ne renient pas Jésus-Christ : une « chaîne des martyrs » dont fait partie le Père Jaques. « La cruauté de cette persécution qui demande l’apostasie est satanique. Et comme il serait bien que toutes les confessions religieuses disent que tuer au nom de Dieu est satanique » a affirmé le Saint-Père avec force.

« Nous devons le prier, c’est un martyr ! »

François confia une chose « qui le fait beaucoup réfléchir », notant qu’au milieu de cette tragédie le prêtre bon et doux, blessé et à terre, « n’a pas perdu la lucidité d’accuser et de désigner le nom de l’assassin », lançant clairement : « Va-t’en, Satan ! »

« Que cet exemple de courage, mais aussi le martyre de la propre vie, de se vider de soi-même pour aider les autres, de faire de la fraternité entre les hommes, nous aide nous tous à aller de l’avant sans peur. Que lui, du Ciel, - parce que nous devons le prier, c’est un martyr ! – nous donne la douceur, la fraternité, la paix, et aussi le courage de dire la vérité : tuer au nom de Dieu est satanique », a-t-il conclu, prononçant des mots qui d’ores et déjà entrent dans l’histoire de son pontificat. Après cette célébration, Mgr Lebrun nous a confié que la participation aux messes a augmenté dans son diocèse depuis l’assassinat du Père Jacques, ainsi que le désir de tisser des relations fraternelles avec les fidèles musulmans qui ne sont pas à confondre avec quelques jeunes égarés et manipulés pour raison stratégique. L’archevêque de Rouen déposera le bréviaire du prêtre assassiné en l’église Saint Bartholomée dédiée aux martyrs de ce temps, sur l’île Tibérine à Rome. Il ira ensuite à Assise, à l’occasion des trente ans de la rencontre de prière des religions pour la paix, bien décidé à témoigner plus que jamais en faveur du dialogue interreligieux.

1 Comment

  1. Magdeleine dit :

    Cette célébration que nous pouvions suivre par internet, nous entraînait avec force, dans la douceur de la paix en même temps que dans la clarté de la vérité. Bien au-delà de l’émotion elle nous faisait vivre la réelle Présence.
    Magdeleine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cher amie lectrice, cher ami lecteur,
n'hésitez pas à me confier votre adresse électronique si vous souhaitez que je vous tienne informés régulièrement de mes prochaines publications ou interventions publiques. Comme le prévoit la loi aucun autre usage de votre adresse ne sera fait sans votre accord préalable.
Je vous remercie de votre confiance.