Au cœur de la grande épreuve, notre communion spirituelle s’intensifie

« Sous ta protection, nous nous réfugions, Sainte mère de Dieu »
13 mars 2020
« Il ne faut pas gaspiller ces jours difficiles »
24 mars 2020

L’Italie compte des dizaines de milliers de personnes contaminées par le coronavirus. Les morts sont très nombreux, parmi lesquels des prêtres aumôniers d’hôpitaux. Toute proche et pourtant si lointaine, la France a finalement compris et se blinde, un peu tardivement, après avoir regardé la situation italienne avec une certaine commisération. Peut-être que ce que nous avons vécu jusqu’ici en Italie servira à d’autres – sur le plan spirituel au moins – car en effet, si la situation empire de jour en jour, une grande paix nous habite. L’antivirus de l’espérance se propage.

Je voudrais vous raconter d’abord ce qui m’est arrivé dimanche dernier, alors que j’étais sorti pour faire des courses. Une voix résonnait dans le quartier, grâce à des haut-parleurs. Ma surprise fut grande de voir alors, sur une terrasse, le curé de la paroisse qui célébrait la messe ! Il s’agissait de notre première célébration dominicale sans participation à l’eucharistie, pour cause de coronavirus. Les habitants des immeubles sont sortis sur les balcons, les uns après les autres, tandis que les personnes qui étaient allées au supermarché s’arrêtaient comme moi en pleine rue, pour prier… Ainsi, progressivement, ce prêtre-muezzin réussit à intégrer tout le quartier dans une communion spirituelle extraordinaire. Le partage des images de cette messe en plein air, sur ma page Facebook, a enthousiasmé beaucoup d’amis, indiquant comment la fantaisie du bien peut venir à bout de la banalité du mal.

Bien d’autres expériences de ce style pourraient être signalées, comme celle d’un prêtre qui a collé les photos de ses paroissiens sur les bancs de l’église pour célébrer davantage l’eucharistie avec eux, malgré la distance et l’éloignement physique… Lors de l’angélus dominical, le Pape François remercia d’ailleurs les pasteurs pour leur créativité pastorale et leur zèle apostolique. Il insista pour que le peuple ne se sente pas abandonné, dans les circonstances que nous vivons, demandant aux prêtres de ne pas faire les « don Abbondio », en référence au personnage du roman historique d’Alessandro Manzoni, Les Fiancés (Promessi sposi), qui céda à la peur en refusant de marier Renzo et Lucia. « Dans cette situation de pandémie, dans laquelle nous vivons plus ou moins isolés, nous sommes appelés à redécouvrir et à approfondir la valeur de la communion qui unit tous les membres de l’Eglise. Unis au Christ nous ne sommes jamais seuls, mais nous formons un unique Corps, dont Il est le Chef. C’est une union qui se nourrit de la prière, et aussi de la communion spirituelle à l’eucharistie, une pratique très recommandée quand il n’est pas possible de recevoir le sacrement. Je dis cela pour tout le monde, en particulier pour les personnes qui vivent seules », recommanda le Pape à la fin de l’angélus, assurant de sa proximité tous les malades et ceux qui les soignent, ainsi que les bénévoles qui aident les personnes qui ne peuvent pas sortir de leur maison, et ceux qui vont à la rencontre des besoins des plus pauvres…

Ce même jour, le Saint-Père, qui avait donné sa traditionnelle bénédiction du dimanche face à une place Saint-Pierre totalement déserte, décida de se rendre en pèlerin dans la basilique Sainte-Marie-Majeure, afin de prier pour la fin de la pandémie devant l’icône de la Vierge, Salus Populi Romani. Au VIème siècle, durant une grave épidémie de peste, cette icône avait été portée en procession dans les rues de Rome par Grégoire 1er, et Grégoire XVI fit de même en 1837, alors que les habitants de la Ville éternelle étaient confrontés aux ravages du choléra. Pasteur attentif qui sait être au milieu de son troupeau, en particulier à l’heure de l’épreuve, prêt à partager les souffrances de son peuple, le Pape François se dirigea ensuite à pied, au cœur de Rome, dans l’église de San Marcello al Corso, où se trouve un crucifix miraculeux, implorant Dieu en faveur des victimes du coronavirus. Au XVIème ce crucifix avait sauvé Rome de la peste et saint Jean-Paul II l’embrassa au cours de la Journée du pardon, moment inoubliable du Jubilé de l’an 2000. Apprenant la démarche spirituelle du Pape François dans la soirée de ce troisième dimanche de Carême, plusieurs d’entre nous ont pensé au geste du futur bienheureux et saint pape Pie XII, qui n’hésita pas à courir, immédiatement et sans escorte, dans les ruines encore vives du quartier de San Lorenzo, en 1943, pour porter secours et réconfort à la population bouleversée par les bombardements américains qui semaient indistinctement la mort et la destruction.

Qui sait si le coronavirus n’est pas un épisode tragique de cette « guerre mondiale par morceaux » dont parle le Pape François depuis sept ans ? Devrions-nous cacher les affirmations du Dr Francis Boyle qui, dans une interview explosive accordée à Geopolitics and Empire, évoque la possibilité d’une arme biologique ? Ce professeur de droit international connaît son sujet puisqu’il a rédigé la loi américaine sur la lutte contre le terrorisme des armes biologiques, approuvée à l’unanimité par les deux chambres du Congrès américain et promulguée par le président George HW Bush. Selon lui, la maladie infectieuse pourrait s’être échappée de l’unique super laboratoire de biosécurité de niveau quatre en Chine – établi à Wuhan et de conception française – éventuellement suite à une opération impliquant un laboratoire d’Amérique du Nord où travaillaient des agents chinois… Serions-nous dans un scénario de type Tchernobyl? Le gouvernement chinois se défend d’une hypothèse peut-être destinée à brouiller les pistes, déclarant le 13 mars par la voix de Zao Lijian, porte-parole du ministère des affaires étrangères : « Il se pourrait bien que le coronavirus ait été apporté à Wuhan par l’armée américaine ». Tandis que Donald Trump utilise à dessein l’expression  « virus chinois » sur Twitter, la rivalité entre Pékin et Washington a eu pour conséquence récente l’expulsion des journalistes américains basés en Chine… Il est également à noter qu’après la Chine, le pays le plus touché par le coronavirus est l’Italie, dont le premier ministre Giuseppe Conte avait signé, il y a un an, un accord de coopération commerciale, culturelle et scientifique, avec le président chinois Xi Jinping.  Les Etats-Unis avaient mis en garde Rome à propos de ce nouveau partenariat, qui selon eux favoriserait l’influence chinoise en Europe.

Quoiqu’il en soit et sans prêter l’oreille aux rumeurs complotistes farfelues qui circulent sur internet, sachons témoigner de notre foi dans la vie éternelle et, en respectant absolument les consignes en vigueur, contribuons à renforcer les liens de fraternité avec inventivité. Dans ce sens, dimanche soir, en Italie, nous étions des millions sur nos balcons, à 21h, ayant allumé les petites lumières de nos téléphones portables pour illuminer la nuit et exorciser la peur. Chaque jour de tels rendez-vous se renouvellent, grâce aux réseaux sociaux, comme des « flashs mobs » musicaux à 18h au cours desquels des personnes âgées ou seules retrouvent le sourire, les voisins se saluant par les fenêtres d’un immeuble à l’autre. Sur la proposition des évêques italiens nous allumerons une bougie et accrocherons un petit tissu blanc à la fenêtre, le soir du 19 mars, avant de prier ensemble là où nous habitons les mystères lumineux du Rosaire, invoquant saint Joseph le jour de sa fête avec les mots de Léon XIII : « À toi, ô bienheureux Joseph, saisi par la tribulation, nous avons recours et invoquons avec confiance ton patronage, ainsi que celui de ta très Sainte Épouse».

Au fond, la « quarantaine » nous donne de vivre comme une retraite spirituelle chez soi, tout en travaillant par internet quand cela est possible et nécessaire. Pour ma part je regarde en direct la messe célébrée par le Pape François chaque matin, depuis Santa Marta, et sa prédication quotidienne me nourrit beaucoup. Il parle sans argumentation savante de la bonté de Dieu qui nous rejoint dans la simplicité, comme ce fut pour le lépreux Naaman (Rois 5, 1-15a). Ces derniers jours il a notamment prêché sur la vérité et sur le pardon, à la lumière de l’Evangile de Jésus Christ. J’ai mieux compris à quel point est nous est demandé de rendre nos cœurs « compatibles » avec la grâce, pour qu’elle puisse y pénétrer et nous envelopper tout entiers.
La Samaritaine, avec ses misères, s’ouvre en vérité au Christ (Jean 4, 5-42), devant lui elle exprime sans l’ombre d’un mensonge qui elle est vraiment, et du même coup reconnaît la vérité plénière en lui ; comme si la vérité sur nous-mêmes, si tumultueuse soit-elle, était la condition pour se laisser entraîner dans le grand mouvement d’amour de la vérité divine où toute chose redevient nouvelle et limpide. Quand deux vérités se rencontrent, la plus lumineuse emporte en elle la plus sombre et il n’y a plus de nuit car le Seigneur nous éclaire, comme promet le livre de l’Apocalypse (Ap 22, 16). C’est pareil aussi pour le pardon, que je peux recevoir seulement si je suis « compatible » avec le don que Dieu veut me faire (Matthieu 18, 21-35). Jésus nous dit clairement que si nous ne nous exerçons pas à pardonner jusqu’à 70 fois sept fois, nous n’obtiendrons pas le pardon de Dieu… Voilà des fruits spirituels auxquels nous pouvons goûter pendant cette période d’isolement, en attendant de retrouver un jour l’accès plénier aux sacrements de l’Eglise.

Je ne sais pas si cette crise permettra d’en finir avec le capitalisme mondialisé, ni si les Etats reprendront leurs responsabilités pour protéger les peuples. Ce qui est certain, c’est que ces temps compliqués nous rappellent notre fragilité, notre humanité, l’importance de la solidarité, le détachement de ce qui n’est pas essentiel, et la dimension divine de notre être profond. Les mystères spirituels se font brusquement plus proches, n’est-ce pas ? Profitons-en pour penser à l’autre comme à soi, pour décider enfin qui l’on veut être, vers où et vers qui nous voulons aller… Quand nous lavons nos mains, selon ce qui est demandé par les autorités en protection du coronavirus, puissions-nous penser aussi à laver nos cœurs de lépreux, pour ressortir purifiés de cette grande épreuve !

 

 

Prière auprès du crucifix miraculeux de l’église San Marcello al Corso, à Rome

Me voici à genoux, à tes pieds, Jésus crucifié, pour t’adorer et te remercier, parce que tu as donné ta vie pour moi.
Tu as séché mes larmes, tu es mon soutien aux moments difficiles, tu écoutes mes cris de désespoir et tu accueilles, avec la tienne, ma souffrance.
Tu connais les pensées de mon cœur fatigué, mais heureux de t’aimer, et tu m’aides à passer au travers des difficultés de la vie.
Souvent je ne pense pas à ta souffrance et je viens te présenter la mienne;
tu étends ta main sur moi et tu me consoles,
tu soignes mes blessures par ton amour;
tu me prends dans tes bras et tu me fais sentir ton cœur brûlant d’amour pour moi.
Encore une fois, je viens frapper à la porte de ton cœur et je te demande une grâce…;
exauce ma prière, Seigneur, si ce que je demande est conforme à ta volonté.

1 Comment

  1. Lise-Marie dit :

    C’est très beau ce que tu as écrit François. Merci pour cette grande réflexion et ce partage que tu nous offre à tous ! Chaque épreuve est là pour nous faire grandir et donc nous faire changer. Celle que nous vivons en ce moment, ne touche pas une personne mais l’humanité toute entière. Prenons conscience que nous devons changer radicalement nos modes de vie, sinon nous passerons à côté d’une opportunité pour nous faire grandir et surtout nous élever spirituellement. Pour tous ceux qui ont la Foi, cette épreuve nous appelle à nous rapprocher bien davantage encore du Seigneur, et à nous tourner vers nos frères par la prière. Elle nous rappelle aussi que nous sommes une chaîne humaine, tous égaux devant le Seigneur, et que nous devons vivre cette épreuve ensemble, renouer les liens les uns envers les autres. Car unis nous sommes plus forts, et unis dans l’amour nous sommes vainqueurs, vainqueurs du mal ! Sans Dieu à nos côtés, nous allons droit dans le mur, ou pire encore, on n’avance pas, et du moins, nous n’avançons pas à la mesure de notre potentiel que Dieu nous a donné. On ne fait que s’éloigner de la Vérité, et de la réelle signification de notre existence. Cette période doit être une pause dans nos vies. Une pause pour nous enrichir en profondeur. Si l’on connaît Dieu, Lui parler et l’Écouter davantage, si on ne Le connaît pas encore, Lui demander inlassablement la grâce de Le rencontrer, et d’acquérir la patience nécessaire dans ce chemin. Dieu est infiniment Bon, et Il met à notre disposition des aides pour nous mettre sur Son chemin. N’hésitons pas à solliciter l’aide précieuse de la très Sainte Vierge Marie, notre Bienheureuse Maman, pure, infiniment aimante à notre égard, patiente et compréhensive. Mais aussi tous les saints qui ont donné leur vie à Dieu, nous laissant en héritage un témoignage de Foi et d’amour précieux. N’oublions pas nos anges gardiens, qui sont là pour veiller sur nous et combattre à notre sincère demande, tous les démons. Demandons plus particulièrement à Saint Joseph le don d’Écoute, lui qui a sû écouter la Voix du Seigneur et ne s’en est jamais détourné. Pour tous ceux qui ne connaissent pas ou n’ont pas encore rencontré le Seigneur, nous nous devons d’invoquer l’Esprit Saint pour qu’Il vienne illuminer leur cœur et leur apporter ce désir d’entamer une démarche pour connaître Dieu. Ce n’est qu’en réalisant, chacun de nous, l’importance de vivre cette vie en toute simplicité et tournée vers notre prochain, que nous sommes déjà dans un début d’ouverture de nos cœurs, prêts à accueillir l’Enseignement de Dieu, notre Père. Prions enfin pour que le Seigneur apporte la paix dans les foyers, et que l’Esprit Saint insuffle le désir d’ouvrir les cœurs et de rencontrer Dieu. Prenons conscience de la nécessité de revenir à la racine de la Vie, en redécouvrant les choses simples, et en s’enrichissant davantage de ce que Dieu a mis à notre disposition que de ce que l’Homme en a fait. Dieu en effet, est Celui qui nous a créé personnellement, nous offrant ce qui est nécessaire à notre vie. Sachons prendre soin et faire bon usage des dons de Dieu. Enfin, prenons ce temps pour nous tourner vers notre prochain, et aimer davantage. Car l’amour guérit tous les maux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cher amie lectrice, cher ami lecteur,
n'hésitez pas à me confier votre adresse électronique si vous souhaitez que je vous tienne informés régulièrement de mes prochaines publications ou interventions publiques. Comme le prévoit la loi aucun autre usage de votre adresse ne sera fait sans votre accord préalable.
Je vous remercie de votre confiance.