« Femme de la chambre haute », la Vierge enfante le Corps du Christ que nous formons

Toute l’humanité unie dans la prière
12 mai 2020
Charles de Tamanrasset, un guide dans nos déserts
31 mai 2020

Le Pape François a écrit au peuple de Dieu durant la pandémie, fin avril, nous invitant à prier le Rosaire à la maison, en famille, pour contempler les mystères de la vie du Christ avec les yeux de Marie. « On peut le faire ensemble ou personnellement ; c’est à vous de choisir selon les situations, en évaluant les deux possibilités. Mais, de toute manière, il y a un secret pour le faire : la simplicité », soulignait le Saint-Père, nous offrant les textes de deux prières à la Vierge (que vous trouverez publiées à la fin de cet article, avec en plus une prière de Don Tonino Bello, que j’aime particulièrement).

Nous avons sans doute fait l’expérience, au long de ces dernières semaines, de la force apaisante du Rosaire : quand nous récitons cette prière mariale une douce paix semble atteindre notre âme au plus profond, comme si les mémoires négatives inscrites dans notre ADN s’en trouvaient désactivées, purifiées, transmutées en lumière, et que nous retrouvions progressivement l’innocence originelle. Je crois intuitivement qu’il se passe quelque chose de cet ordre, que le Rosaire nous permet de basculer dans une nouvelle dimension. Cela expliquerait l’insistance de l’Immaculée Conception, Disciple et Mère, à propos de la prière du Rosaire, elle qui veut que nous parvenions tous à être, à son exemple et selon son modèle, « saints et immaculés dans l’amour » (Paul aux Ephésiens, 1-4).

Notre Mère enfante spirituellement le Corps du Christ que nous formons, ensemble. L’Ascension de Jésus nous fait prendre conscience de ce mystère car, s’il a disparu à nos yeux, nous sommes appelés ne faire qu’un en lui, à être sa présence réelle dans le monde. Voilà pourquoi il est si nécessaire d’honorer Marie, la Mère dans l’Eglise Mère.
« Dans la maternité de la Vierge, nous voyons la maternité de l’Eglise qui reçoit tout le monde, les bons et les méchants : tous », précisait le Pape François lors d’une homélie à Santa Marta, le 3 avril dernier. « Honorer la Vierge et dire : “C’est ma Mère”, parce qu’elle est Mère. C’est le titre qu’elle a reçu de Jésus… », exhortait-il aussi, rappelant que « Jésus ne l’a pas faite premier ministre et ne lui a pas donné des titres de fonction, l’appelant seulement « Mère » en nous la donnant au moment de la Croix (Jean 19, 26-27).
« La Vierge n’a voulu obtenir aucun titre de Jésus; elle a reçu le don d’être sa Mère et le devoir de nous accompagner comme une Mère, d’être notre Mère ».

Ainsi, tandis qu’approche la fête de la Pentecôte, ne lâchons pas la prière du Rosaire, tenons-nous comme les apôtres au Cénacle avec l’icône de l’Eglise, la Femme de la chambre haute, notre Mère (Actes 1, 14), pour accueillir et recevoir, par son intercession, le souffle de l’Esprit Saint qui fait naître et renaître d’en-haut.

Prières à Marie proposées par le Pape François

O Marie,
tu resplendis toujours sur notre chemin
comme signe de salut et d’espérance.
Nous nous confions à toi, Santé des malades,
qui, auprès de la croix, as été associée à la douleur de Jésus,
en maintenant ta foi ferme.
Toi, Salut du peuple romain,
tu sais de quoi nous avons besoin
et nous sommes certains que tu veilleras
afin que, comme à Cana de Galilée,
puissent revenir la joie et la fête
après ce moment d’épreuve.
Aide-nous, Mère du Divin Amour,
à nous conformer à la volonté du Père
et à faire ce que nous dira Jésus,
qui a pris sur lui nos souffrances
et s’est chargé de nos douleurs
pour nous conduire, à travers la croix,
à la joie de la résurrection. Amen.
Sous Ta protection nous cherchons refuge, Sainte Mère de Dieu.
N’ignore pas nos supplications, nous qui sommes dans l’épreuve,
et libère-nous de tout danger, O Vierge glorieuse et bénie.

« Sous ta protection nous nous réfugions, Sainte Mère de Dieu »

Dans la présente situation dramatique, chargée de souffrances et d’angoisses qui frappent le monde entier, nous recourons à Toi, Mère de Dieu et notre Mère, et nous cherchons refuge sous ta protection.
O Vierge Marie, tourne vers nous tes yeux miséricordieux dans cette pandémie du coronavirus, et réconforte ceux qui sont perdus et qui pleurent leurs proches qui sont morts, enterrés parfois d’une manière qui blesse l’âme. Soutiens ceux qui sont angoissés pour les personnes malades auprès desquelles, pour empêcher la contagion, ils ne peuvent être proches. Suscite la confiance en celui qui est inquiet pour l’avenir incertain et pour les conséquences sur l’économie et sur le travail.
Mère de Dieu et notre Mère, implore pour nous de Dieu, Père de miséricorde, que cette dure épreuve finisse et que revienne un horizon d’espérance et de paix. Comme à Cana, interviens auprès de ton Divin Fils, en lui demandant de réconforter les familles des malades et des victimes, et d’ouvrir leur cœur à la confiance.
Protège les médecins, les infirmiers et les infirmières, le personnel sanitaire, les volontaires qui, en cette période d’urgence, sont en première ligne et risquent leur vie pour sauver d’autres vies. Accompagne leur fatigue héroïque et donne-leur force, bonté et santé.
Sois aux côtés de ceux qui, nuit et jour, assistent les malades ainsi que des prêtres qui, avec sollicitude pastorale et engagement évangélique, cherchent à aider et à soutenir chacun.
Vierge Sainte, éclaire l’esprit des hommes et des femmes de science, pour qu’ils trouvent de justes solutions pour vaincre ce virus.
Assiste les Responsables des Nations, pour qu’ils œuvrent avec sagesse, sollicitude et générosité, en secourant ceux qui manquent du nécessaire pour vivre, en programmant des solutions sociales et économiques avec clairvoyance et avec esprit de solidarité.
Marie très Sainte, touche les consciences pour que les sommes considérables utilisées pour accroître et perfectionner les armements soient au contraire destinées à promouvoir des études adéquates pour prévenir de semblables catastrophes dans l’avenir.
Mère très aimée, fais grandir dans le monde le sens d’appartenance à une seule grande famille, dans la conscience du lien qui nous unit tous, pour que nous venions en aide aux nombreuses pauvretés et situations de misère avec un esprit fraternel et solidaire. Encourage la fermeté dans la foi, la persévérance dans le service, la constance dans la prière.
O Marie, Consolatrice des affligés, embrasse tous tes enfants dans la tribulation et obtiens que Dieu intervienne de sa main toute puissante pour nous libérer de cette terrible épidémie, afin que la vie puisse reprendre dans la sérénité son cours normal.
Nous nous confions à Toi, toi qui resplendis sur notre chemin comme signe de salut et d’espérance, o clémente, o miséricordieuse, o douce Vierge Marie. Amen.

 

« Sainte Marie, Femme de la chambre haute, splendide Icône de l’Église »

Voici la Prière de Mgr Antonio Bello (1935-1993), mieux connu sous le nom de Don Tonino Bello, évêque des Diocèses de Molfetta-Ruvo-Giovinazzo-Terlizzi dans les Pouilles et Président du Mouvement Pax Christi Italien.

« À leur arrivée, ils montèrent dans la chambre haute où ils se tenaient habituellement ; c’était Pierre, Jean, Jacques et André, Philippe et Thomas, Barthélemy et Matthieu, Jacques fils d’Alphée, Simon le Zélote, et Jude fils de Jacques. Tous, d’un même cœur, étaient assidus à la prière, avec des femmes, avec Marie la mère de Jésus, et avec ses frères » . (Actes des apôtres 1, 13-14)
« Sainte Marie, Femme de la chambre haute, splendide Icône de l’Église, Tu avais déjà vécu Ta propre Pentecôte au moment de l’annonce de l’Ange, quand l’Esprit Saint descendit sur Toi et que la puissance du Très-Haut étendit sur Toi son ombre. Donne à l’Église l’ivresse des hauteurs, la patience du long terme. Préserve-La de la tristesse de s’enliser, sans issue, dans les périmètres étroits du quotidien. Fais-Lui regarder l’histoire selon les perspectives du Royaume. Sainte Marie, Femme de la chambre haute, aide les pasteurs de l’Église à habiter ces régions élevées de l’esprit. Attendris leur esprit pour qu’ils sachent dépasser la froideur d’un droit sans charité, d’un syllogisme sans fantaisie, d’un projet sans passion, d’un rite sans illumination, d’une procédure sans génie, d’un logos sans sophia. Sainte Marie, Femme de la chambre haute, fais-nous contempler de Ta fenêtre les mystères joyeux, douloureux et glorieux de la vie, ce n’est qu’à cette hauteur que le succès ne donnera pas le vertige, et à ce niveau seulement les défaites nous empêcheront de nous laisser précipiter dans le vide. Amen. »

Don Tonino Bello (1935-1993)

1 Comment

  1. Judith Delagrange dit :

    Cette dernière prière, je la dis tous les matins . Merci pour cette méditation. Ensemble vers Pentecôte dans cette Chambre Haute. Judith

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cher amie lectrice, cher ami lecteur,
n'hésitez pas à me confier votre adresse électronique si vous souhaitez que je vous tienne informés régulièrement de mes prochaines publications ou interventions publiques. Comme le prévoit la loi aucun autre usage de votre adresse ne sera fait sans votre accord préalable.
Je vous remercie de votre confiance.