Chemin de Croix au temps du coronavirus

Maryam, comme « un pont d’amitié » entre chrétiens et musulmans
1 avril 2020
La contagion de l’espérance, de cœur à cœur, pour tout reconstruire
13 avril 2020

J’ai écrit cette méditation du Chemin de Croix spécialement pour ce temps de crise que nous traversons, espérant que vous y trouverez un soutien spirituel. Il s’agit d’un texte de prière qui peut être adapté à chaque communauté de vie chrétienne, comme c’est déjà le cas pour les membres de l’Ordre du Saint-Sépulcre. Ce que je vous propose, c’est de faire ensemble ce parcours de foi aujourd’hui, en ce Vendredi Saint 2020, là où nous nous trouvons, dans l’unité du Corps du Christ que nous formons de façon invisible mais bien réelle.

Introduction
Sur toute la terre règne la peur d’un virus mortel en ce printemps de l’année 2020, des milliers de familles sont en deuil. Nous sommes plus que jamais au pied de la Croix du Christ, et nous voulons nous unir dans la prière en ce Vendredi Saint, persuadés que la terrible épreuve actuelle est une occasion d’approfondir notre foi et d’en témoigner de manière concrète. Nous n’oublions pas dans notre prière toutes les autres situations de souffrance, qui nous touchent moins directement, liées aux conflits en cours, demandant à Dieu d’accorder au monde la guérison et la paix.

Station I
Jésus est condamné à mort

« D’où es-tu? ». Jésus ne lui fit aucune réponse. Pilate lui dit alors : « Tu refuses de me parler, à moi ? Ne sais-tu pas que j’ai pouvoir de te relâcher, et pouvoir de te crucifier ? ». Jésus répondit : « Tu n’aurais aucun pouvoir sur moi si tu ne l’avais reçu d’en haut ; c’est pourquoi celui qui m’a livré à toi porte un péché plus grand ». Dès lors, Pilate cherchait à le relâcher ; mais des Juifs se mirent à crier : « Si tu le relâches, tu n’es pas un ami de l’empereur. Quiconque se fait roi s’oppose à l’empereur ». (Jean 19, 9-12)

Ne me suis-je pas souvent trouvé dans cette foule qui crie sa soumission au pouvoir établi, au détriment de ma conscience ? Maintenant que la mort rôde autour de nous et que je la regarde de plus près, je veux confesser devant mes frères et sœurs toutes les trahisons du Seigneur dont je me sens coupable. Ami du pouvoir et des honneurs, j’ai livré le Christ tant de fois, par lâcheté ou par orgueil ! Pardon Seigneur, fais de moi un vrai disciple de ta royauté sans couronne, un vrai témoin de ton Règne d’amour et de fraternité.

Notre Père…

Station II
Jésus est chargé de la croix

Pilate dit aux Juifs : « Voici votre roi ». Alors ils crièrent : « À mort ! À mort ! Crucifie-le ! ». Pilate leur dit : « Vais-je crucifier votre roi ? ». Les grands prêtres répondirent :« Nous n’avons pas d’autre roi que l’empereur ». Alors, il leur livra Jésus pour qu’il soit crucifié. Ils se saisirent de Jésus. Et lui-même, portant sa croix, sortit en direction du lieu dit Le Crâne (ou Calvaire), qui se dit en hébreu Golgotha. (Jean 19, 14 – 17)

Je te regarde, Jésus, chargé de ta croix, toi le Verbe de Dieu fait chair, la Parole vivante du Père des cieux qui donne vie à toute la Création. Tu choisis de rejoindre le plus malheureux des hommes en partageant le sort des condamnés. Aujourd’hui, dans cette situation tragique que traverse le monde, tu es auprès de nous, ta Présence se fait plus proche sur le Chemin de Croix de l’humanité. Fais que je puisse moi aussi accepter de porter avec courage la croix qui se présente, à ta suite, sans chercher de bonnes raisons pour fuir la réalité. Je sais au fond de mon cœur que c’est toi qui te charges de ce fardeau, que nous ne sommes pas seuls, et que toute souffrance unie à la tienne devient source de Vie nouvelle.

Notre Père…

Station III

Jésus tombe pour la première fois

« Nous étions tous errants comme des brebis, chacun suivait son propre chemin. Mais le Seigneur a fait retomber sur lui nos fautes à nous tous ». (Isaïe 53, 6)

Comme pèlerin, je parcours en pensée le chemin de la « via dolorosa » en ce Vendredi Saint. Ta Passion, Seigneur, n’est pas une histoire ancienne, elle continue dans notre monde. Jésus, je te vois tomber sous la croix, le corps ensanglanté par la flagellation, la tête couronnée d’épines. Les forces te manquent. Combien de personnes n’en peuvent plus dans les hôpitaux, écrasées par la souffrance, intubées, sous oxygène… Pardon pour les négligences dans la prévention de cette maladie. Avec et pour tous les malades frappés gravement par le coronavirus, nous te prions. Par tes souffrances, ô Christ, puisse l’humanité entière être délivrée du mal qui l’oppresse.

Notre Père…

Station IV
Jésus rencontre sa mère

« Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin». (Luc 1, 30-33)

Sur le Chemin de Croix, tu marches toi aussi, Mère du Christ. Tu te souviens des paroles de l’Ange au matin de l’Annonciation et tu renouvelles ton oui sans conditions, malgré le drame qui se déroule sous tes yeux. Le Fils du Père éternel croise ton regard plein de larmes et de tendresse. Donne-nous ton regard, ô Marie, pour être nous aussi témoins de l’espérance dans les situations qui semblent sans issue. Notre-Dame de Palestine, nous te confions les personnes les plus déshéritées en Terre Sainte, surtout en ces moments de pandémie. Nous voulons devenir davantage des hommes et des femmes de ton oui, Vierge sainte, toujours prêts à servir et à soulager les personnes infortunées en qui nous reconnaissons ton Fils, le Christ souffrant.

Notre Père…

Station V
Le Cyrénéen aide Jésus à porter la croix

« Comme ils l’emmenaient, ils prirent un certain Simon de Cyrène, qui revenait des champs, et ils le chargèrent de la croix, pour qu’il la porte derrière Jésus. Il était suivi d’une grande multitude des gens du peuple, et de femmes qui se frappaient la poitrine et se lamentaient sur lui ». (Luc 23,26-27)

Baptisés, nous avons été choisis pour t’aider à porter la croix, Seigneur Jésus. Comme le Cyrénéen, lui aussi étranger en Terre Sainte, nous voulons continuer à prendre soin des personnes qui souffrent dans les territoires où tu as vécu et où tu as donné ta vie pour nous. Nous te prions aussi, plus largement pour celles et ceux qui ont besoin d’aide près de nous, dans nos villes, dans nos rues, dans nos paroisses ; pour les malades, les personnes âgées, les gens seuls que la situation actuelle fragilise. Ouvre nos yeux et rends-nous disponibles aux appels de la solidarité. Portant les fardeaux les uns des autres (Galates 6, 2), nous accomplirons ta loi, ô Christ, notre Frère !

Notre Père…

Station VI
Véronique essuie le visage de Jésus

« Chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait ». (Matthieu 25, 40)

Seigneur, soutiens les personnes engagées dans le monde médical, fais qu’elles soient de vraies « icônes » de la tendresse de Dieu, comme Véronique. Nous prions en pensant aux infirmières, aux médecins, au personnel des hôpitaux, à tous ceux qui agissent courageusement pour protéger et soigner nos frères et sœurs malades. Ce qu’ils font, c’est à toi qu’ils le font ! Merci pour le témoignage héroïque qu’ils nous offrent en ce temps du coronavirus. Donne-nous de toujours privilégier le service des personnes sur la rentabilité, de considérer notre travail quel qu’il soit comme une mission. Permets que cette crise redonne à notre société matérialiste le sens de l’essentiel.

Notre Père…

Station VII
Jésus tombe pour la deuxième fois

« Il s’est dépouillé lui-même jusqu’à la mort, et il a été compté avec les pécheurs, alors qu’il portait le péché des multitudes et qu’il intercédait pour les pécheurs ». (Isaïe 53,12)

Chacune de tes chutes, Seigneur, est une invitation à nous relever avec toi, à ne jamais nous laisser décourager, même quand les situations sont désespérantes. En ces moments de crise sanitaire, après des semaines de confinement, de nombreuses personnes dans le monde n’ont plus de travail et de salaire, nous te demandons de nous aider à voir ce que nous pouvons faire de concret en leur faveur. Tant d’êtres humains risquent de perdre leur dignité à cause de la crise économique qui suivra. Accompagne-les de ta présence aimante dans cette « chute » et inspire nous, afin que nous soyons des instruments du relèvement de beaucoup. Tu t’es dépouillé de tout, ô Christ, pour nous sauver, encourage-nous à nous dépouiller un peu nous aussi pour être artisans du Salut dans ce monde où tout change mais où ta croix demeure, plantée comme un signe d’amour et de paix.

Notre Père…

Station VIII
Jésus rencontre les femmes

« Filles de Jérusalem, ne pleurez pas sur moi ! Pleurez plutôt sur vous-mêmes et sur vos enfants ! ». (Luc 23, 28)

Dans quel monde grandissent nos enfants, ô Seigneur ! Un moment comme celui que nous traversons fait mieux comprendre pourquoi tu pleures sur toutes les femmes du monde et sur leurs enfants. Pour les mères et pères de Terre Sainte, nous te prions spécialement de tout notre cœur, et aussi pour les parents sur tous les continents qui constatent les difficultés des générations futures. Nous voulons soutenir partout l’amour familial, source de l’équilibre profond des personnes, et réaliser d’abord dans nos propres familles la vocation à la sainteté à laquelle tu nous as appelés. Apprenons à nos enfants le respect de la nature et de la vie, soyons comme les pionniers de l’humanité nouvelle qui va se développer après cette guerre universelle contre un virus, dans laquelle nous sommes d’une manière ou d’une autre tous engagés.

Station IX
Jésus tombe pour la troisième fois

« Le Christ Jésus, ayant la condition de Dieu, ne retint pas jalousement le rang qui l’égalait à Dieu. Mais il s’est anéanti, prenant la condition de serviteur, devenant semblable aux hommes. Reconnu homme à son aspect, il s’est abaissé, devenant obéissant jusqu’à la mort, et la mort de la croix ». (Philippiens 2, 5-8)

Apprends-nous à te suivre et à te ressembler, Jésus. Quand tu tombes pour la troisième fois, tu rejoins jusqu’au bout notre condition humaine. Tant de personnes ne parviennent plus à soutenir le poids des difficultés de la vie ! Merci Seigneur d’être avec nous tous les jours, « jusqu’à la fin du monde » (Mt 28, 20). Cette pandémie décime des milliers d’êtres humains, souvent parmi les plus fragiles, dans une ambiance terrifiante. C’est le moment pour nous de croire en ta toute puissance d’amour, de la manifester, de mettre la lumière là où sont les ténèbres. Nous désirons faire resplendir le flambeau de la foi dans ce monde éprouvé, être ensemble d’humbles serviteurs de ta Présence parmi les hommes et les femmes de ce temps.

Notre Père…

Station X
Jésus est dépouillé de ses vêtements

« Ils se partagèrent ses vêtements, en tirant au sort, afin que s’accomplît ce qui avait été annoncé par le prophète: Ils se sont partagé mes vêtements, et ils ont tiré au sort ma tunique ». (Matthieu 27, 35)

Jésus, ta tunique sans couture n’a pas été déchirée, les soldats l’ont tirée au sort. Cela a été interprété comme un signe de l’unité de l’Eglise, cette unité à laquelle nous voulons contribuer. Dans nos paroisses, quand l’heure sera revenue des grandes célébrations, inspire-nous des gestes qui favorisent l’unité, et pour cela, en attendant, aide-nous à nous dépouiller de notre amour propre, de notre volonté de puissance. Fais que cette période de confinement à laquelle sont contraints beaucoup d’entre nous serve à notre progrès spirituel, pour que « l’âme nue » nous entrions en relation avec ton Père, notre Père, prenant mieux conscience que nous formons tous ensemble de façon invisible ton Corps mystique, l’unique Eglise de la terre et du ciel. Nous ne pouvons pas communier et pourtant nous sommes unis ; enseigne-nous, Seigneur, la Communion spirituelle.

Notre Père…

Station XI
Jésus est crucifié

« L’un des malfaiteurs suspendus en croix l’injuriait : « N’es-tu pas le Christ ? Sauve-toi toi-même, et nous aussi ! » Mais l’autre lui fit de vifs reproches : « Tu ne crains donc pas Dieu ! Tu es pourtant un condamné toi aussi ! Et puis, pour nous, c’est juste : après ce que nous avons fait, nous avons ce que nous méritons. Mais lui, il n’a rien fait de mal. » Et il disait : « Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras dans ton Royaume. » Jésus lui déclara : « Amen, je te le dis : aujourd’hui, avec moi, tu seras dans le Paradis ». (Luc 23, 39-43)

Quand nous allons en pèlerinage dans la basilique du Saint-Sépulcre, au pied du Golgotha – tout près du tombeau vide – nous revivons intérieurement ta Passion pour nous, ô Christ. Pendant ces heures où tu souffres sur la croix, nous sommes avec les saintes femmes et l’apôtre Jean, nous te regardons, nous écoutons tes dernières paroles. Notre mission de baptisés est de garder ce trésor dans nos cœurs pour en rayonner autour de nous. Tu nous montres que ce ne sont pas les efforts vertueux qui nous sauvent, c’est la foi en ta Miséricorde infinie, ce pardon inlassable dont tu témoignes auprès de saint Dismas, le bon larron, en qui nous aimerions pouvoir nous reconnaître un jour. Nous te remercions pour les bergers du peuple de Dieu qui continuent de manifester aujourd’hui ta Miséricorde, nous te prions pour le Pape François qui ne cesse d’appeler à la créativité pastorale durant cette période où nous n’avons plus accès aux sacrements. Protège nos évêques et nos prêtres, et donne leur les inspirations de ton Esprit Saint pour nous guider dans l’actuelle obscurité crépusculaire.

Notre Père…

Station XII
Jésus meurt sur la croix

« Quand il eut pris le vinaigre, Jésus dit : « Tout est accompli. » Puis, inclinant la tête, il remit l’esprit ». (Jean 19, 30)

Tu remets l’Esprit. De ton cœur transpercé sort du sang et de l’eau, source de Vie pour moi, pour nous. Comment suis-je témoin de la fécondité immense de tes plaies ? Tandis que Pâques approche, nous voulons recevoir ton Esprit Saint dans la prière, cet Esprit qui nous pousse à aimer et à servir tous nos frères humains. Nous te prions, Seigneur Jésus, donne-nous ton Esprit de lumière afin que, par nos actes d’amour, nous puissions dès maintenant participer à la Vie trinitaire où dans l’éternité, avec le Père, tu nous attires. En ta présence, dès ici-bas, notre nuit n’a plus d’obscurité !

Notre Père…

Station XIII
Jésus est déposé de la croix

« Déjà il se faisait tard ; or, comme c’était le jour de la Préparation, qui précède le sabbat, Joseph d’Arimathie intervint. C’était un homme influent, membre du Conseil, et il attendait lui aussi le règne de Dieu. Il eut l’audace d’aller chez Pilate pour demander le corps de Jésus. Alors il acheta un linceul et descendit Jésus de la croix ». (Marc 15, 42-43. 46a)

L’exemple de Joseph d’Arimathie, notable de son temps, peut nous inspirer. Nous admirons son courage, sa générosité. C’est lui qui acheta le linceul précieux, le Saint Suaire, qui jusqu’à nos jours témoigne de ta Passion, Seigneur Jésus. Prions pour avoir comme Joseph l’audace de contribuer à honorer ton Corps, aujourd’hui encore, dans toutes les personnes qui souffrent, d’autant plus en ce temps de pandémie. Nous pensons aussi à toutes les personnes âgées qui, partout dans le monde, meurent sans l’accompagnement profondément humain des obsèques chrétiennes, à cause du coronavirus ; nous te confions leurs âmes, ô Jésus, accueille-les au Paradis. Nous te prions aussi pour les familles des victimes, qui n’ont pu être à leurs côtés. Merci Seigneur de nous avoir révélé la paternité de Dieu et son amour infini pour chacun de nous, vivants ou morts, membres tous ensemble de la Communion des saints.

Notre Père…

Station XIV
Jésus est mis au tombeau

« C’était le jour de la Préparation de la fête, et déjà brillaient les lumières du sabbat. Les femmes qui avaient accompagné Jésus depuis la Galilée suivirent Joseph. Elles regardèrent le tombeau pour voir comment le corps avait été placé. Puis elles s’en retournèrent et préparèrent aromates et parfums. Et, durant le sabbat, elles observèrent le repos prescrit ».(Luc 23,54-56)

Il semble que le temps s’arrête lors de ta mise au tombeau, Seigneur. Le temps est suspendu, plus rien ne compte vraiment. Nous expérimentons un peu cela au cours de ce Carême, étant confinés chez nous pour la plupart, sans possibilité de faire des projets, dans l’attente. Pourtant en voyant l’attitude des femmes qui te suivaient, nous comprenons que des actions de solidarité sont encore possibles. Elles préparent des aromates et des parfums, et nous, que préparons-nous ? Nous ne voulons pas rester les bras croisés devant le drame que vit l’humanité, fais-nous trouver, là où nous sommes, les gestes d’espérance à poser, aide-nous à croire qu’il y a toujours un matin. Aide-nous, Seigneur, à mettre en pratique ton Evangile, ta Parole vivante.

Notre Père

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cher amie lectrice, cher ami lecteur,
n'hésitez pas à me confier votre adresse électronique si vous souhaitez que je vous tienne informés régulièrement de mes prochaines publications ou interventions publiques. Comme le prévoit la loi aucun autre usage de votre adresse ne sera fait sans votre accord préalable.
Je vous remercie de votre confiance.